KAPKA PO KAPKA VIR STAVA

les petites gouttes font les grandes rivières

13 juillet 2009

A l’intérieur du « Vratchanski Balkan Nature Park "


map1

 

De Mercredi à Samedi, Sophie et moi sommes partis au nord de Sofia, à environ 50 km de la capitale dans le Vratchanski Balkan Nature Park (en vert sur la carte), avec tente, sacs de couchages, matelas karémat, quelques gamelles, etc…

Et grâce au fabuleux sac de Sophie, (un grand et haut sac de voyage !), nous avions décidé de partir camper à l’intérieur de cette belle réserve naturelle de 50,000 ha, protégée et surprotégée par tout un tas d’assoc écologique, environnementale…

DSCF0137


Direction Vratsa, la dernière grande ville au pied de ces montagnes sauvages. La ville en elle-même est pas trop moche, plutôt verte, avec larges rues piétonnes, et de l’animation. On voulait trouver un chemin pour se rendre le plus vite possible dans les montagnes, mais on s’est paumé dans la ZI de la ville, car on avait mal lu la carte de Vratsa…Bref, après moults demi-tours et vaines tentatives de stop sur un boulevard où les voitures passantes nous faisaient des signes qu’on comprenait pas, re-direction le centre de Vratsa...

Jusque là, les moutons qui font bââêe étaient encore loin…


Arrivés au centre, on a trouvé un point info tourisme et les mecs à l'intérieur, un peu mollassons, nous ont donné des infos pour les chemins à suivre dans le parc en nous vendant une carte, avec brochure le tout, en bulgare…très pratique, hum hum…

On voulait allé à Ledenika Cave, 18 km de Vratsa, donc on est parti directement du point d’info en pensant faire peu de stop. On a même pas eut le temps de tendre le pouce quand deux jeunes à bord d’un gros 4x4 nous ont demandé où on allait. Ils nous ont pris et nous ont emmené à Ledenika Cave, tout au-dessus dans les montagnes. Je dois dire qu’on n’aurait jamais pu monter à pied ! Enfin, ça nous aurait pris plus d’un jour! Les mecs un peu « wild », avec de la zic techno mais aussi, Rage Against The Machine! Petit extrait :

Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo


 

 

Le mec me prête ses lunettes de soleil et nous déambulons dans les multiples intestins de la route qui nous montent à Ledenika. En cours de route, ils nous proposent de s’arrêter à un point de vue, juste pour nous, qu’on admire le paysage, la vallée et qu’on fasse des photos. Superbe !

DSCF0141

DSCF0143


 

Ensuite, ils nous ont déposés à Ledenika Cave, on les a fortement remerciés ! Le problème, c’est qu’il était 17h et que la cave venait de fermer, du coup on a décidé de rester dans le coin, et de revenir le lendemain. On a fait un petit tour dans la forêt, je me suis pris pour un elfe de la Lorien en manque d’inspiration et on a planté la tente près de Ledenika Cave. 


DSCF0166

DSCF0181


On a essayé de faire du feu, mais le bois était trop humide, ainsi que le charbon du foyer déjà présent sur le lieu…Du coup, on était un peu dégouté de s’être acharné dessus sans que ça paye au bout du compte. Mais la délicieuse petite salade qu’avait préparée Sophie nous a tout de même réconfortés !

Après quelques parties de cartes, la nuit est passée tranquillement. Sophie avait vraiment la trouille des bêtes. Pas des insectes, mais des grosses bêtes ! Genre un ours, ou sangliers… Car oui, il ne faut pas se leurrer, il y a vraiment des ours dans cette réserve naturelle ! Ils sont normalement tous « tracés » avec bracelets. Donc, au moindre bruit, Sophie avait un peu la trouille. Au milieu de la nuit, la pluie est tombée quelque fois, mais pas violente. Notre tente n’a pas vraiment de toit, et résiste qu’à moitié à l’humidité. Mais bon ça allait…pour cette fois-ci…

 

Le lendemain, nous avons rangé la tente et nous sommes allés découvrir la Câââve…Les seuls dans un groupe de bulgares, on a visité la cave avec un jeune guide qui expliquait tout en bulgare évidemment…"Là, vous voyez la méduse...ici, c'est le faucon...là, c'est la grosse langue..." Je parle bien évidemment des formes des rochers, cela va de soi...

L’endroit était chouette, c’est sûr et il y faisait une fraicheur impressionnante !


DSCF0192


Après une quarantaine de minutes à se tortiller, se plier en deux entre deux stalagmites et mini-ouvertures dans les roches, direction la surface.

On a donc marché à nouveau sur un chemin fléchée, du genre boucle à partir de la cave.

On s’est arrêté vers une petite fontaine, où on a joué aux cartes, on s’est reposé. On voulait rester à cet endroit pour poser la tente, à côté du point d’eau mais il était un peu tôt du coup on s’est remis à marcher jusqu’à revenir sur la route qui nous avait emmené à Ledenika Cave. Et dans ces plaines, attention aux traversées de troupeaux de chèvres...ils peuvent s'avérer dangereux....

Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo


Puis on a décidé d’aller installer notre tente sur le plateau où les jeunes nous avait arrêté la veille pour la vue…

On a planté la tente exactement au même endroit ! Et une fois encore, l’endroit était tout simplement magnifique ! Un petit foyer pour le feu, et grâce aux petits bouts de bois ramassés le long de notre marche et attachés au sac, on a fait un feu. Sophie y croyait point du tout, mais il fallait avouer que toutes les conditions étaient bonnes pour faire un feu ! Un plateau avec du vent qui souffle, il n’y avait pas plu, donc pas de raison… Le feu est arrivé très vite et on a dégusté des nouilles chinoises comme il se doit en regardant le soleil se coucher sur le plateau ! Que de bonheur !



On a mieux dormi que la nuit d’avant, Sophie ne pensait plus du tout aux ours maintenant car il y avait pas beaucoup de chances qu’il nous trouve dans ce coin…

 

Le lendemain, vendredi, Sophie s’est levée tôt pour profiter du levé sur la vallée, sur le village de Zgorigrad. On a pris le temps de petit-déjeuner avec le reste de pain qu’on avait, chocolat et du thé chaud bien sûr !

DSCF0330


Après avoir remballé la tente, nous nous sommes remis en chemin, en direction d’un soi-disant « refuge » appelé Parchevitsa. Mais comme on n’était pas sûr des indications, on pensait se perdre…Au final, ça a été grâce au plan du parc. Le truc pas cool c'est qu'à partir de ce moment-là, nous n'avions quasiment plus de batterie pour faire des photos, voilà pourquoi il y en a presque pas des deux derniers jours!.

Bref,...on a à nouveau pris le soin de ramasser du petit bois sec pour le soir venu.

On s’est arrêté dans une ferme perdue au milieu de nulle part, à moitié en ruines, où une baba nous a vendue du pain et son sirené. Après avoir traversé pendant deux heures et demi vallons et forêts, après avoir écouté les bergers chanter pour leur troupeau, nous trouvons le fameux refuge de Parchevitsa…qui était fermé.

En plus, l’endroit était pas cool, plein de mouches partout, donc on a continué à marcher en prenant un autre chemin fléché.

On s’est posé à côté des bois, où on a mangé un coup, on a siesté avant de se faire surprendre par de petites averses, pas très violentes mais qui n’annonçaient rien de bon pour la suite…


On a continué à marcher dans les fougères, orties et grandes plantes jusqu’à se perdre à moitié au milieu de la pluie et dans la forêt.

Heureusement que c’était à moitié fléché car on a pu retrouver notre chemin facilement et en descendant, on est tombé sur une petite vallée, avec rivière, une table avec des bancs et les montagnes autour. Un superbe petit coin ! Mais la pluie ruisselait toujours et on a donc attendu que ça passe, en protégeant le foyer du feu déjà présent sur le lieu, ainsi que nos petits bouts de bois tout sec…Après une heure et demie, la pluie a cessé définitivement pour laisser entrevoir un peu de ciel bleu, et du coup, j’ai décidé de lancer le feu. Sophie n’y croyait pas du tout mais ça a quand même marché ! Elle était comme une dingue ! C’est vrai qu’on pensait pas manger chaud ce soir-là et finalement on s’est fait une soupe bouillon avec tartines, pendant que nos godasses, séchaient à côté du feu…Enfin, Sophie a failli mettre le feu à mes converses !


DSCF0337

 

A un moment, Sophie cherche le petit sac poubelle noir que l’on trimballait consciencieusement depuis le premier jour, et elle ne le trouvait pas…Elle l’avait accroché à son sac quand nous étions parti après la sieste. On a supposé qu’il s’était détaché en passant dans les hautes herbes et en frottant le sac. Et, ça la tracassait, et à vrai dire moi aussi. Dedans, il y avait plastique, boite de conserve vide et ordures en tout genre…

Donc, j’ai décidé d’y retourner, d’aller voir si je pouvais retrouver ce foutu sac. Je suis remonté par là où nous étions arrivés et c’était des sacrés grosses pentes ! Au bout d’une vingtaine de minutes de marche montante acharnée et courageuse (j’insiste sur « acharné » !), que vois-je au détour d’un virage dans les hautes herbes toutes humides…une petite biche ! A 20m environ, elle m’a regardée vite fait et s’est barrée en courant apeurée. J’ai entendu les buissailles s’écraser et elle qui se faufilait rapidement, tentant de fuir ma tronche de bagnard qui a du l'effrayer je pense. En voyant la biche et en constatant que ça faisait plus de 30 min que j’étais parti, je me suis dit…bon, t’es pas monté pour rien, tant pis pour le sac, t’as vu la biche, c’est déjà bien…Et bien, 20 mètres plus loin, le petit sac noir était sur le chemin entre les orties. Quelle joie et quelle excitation ! C’est con, peut-être anecdotique, mais d’avoir retrouvé ce sac, c’était comme si j’avais retrouvé un trésor très important !

Je suis redescendu comme une flèche à l’endroit du campement et Sophie était plus que ravie !


DSCF0333


On a mangé, discuté, Sophie a écrit dans son journal et on s’est couché assez tôt en fait. Et vers 3h du mat, on s’est plus ou moins fait réveiller (non, en fait littéralement réveiller!) par des beuglements qui venaient de plus haut à environ une centaine de mètres de la tente…Je vois le regard de Sophie, paniquée, et je lui dit… « c’est rien, c’est surement un sanglier…il va partir » Mais je savais bien qu’un sanglier ne fa isait pas ce bruit là ! Nous pensions à un brame de cerf, mais là encore, ça ne ressemblait pas à ça…c’était autre chose, vraiment puissant, le cri d’une grosse bête ! Ça ressemblait exactement à ça...(c'est pas une de nos vidéos mais le son était pareil! il faut mettre le son assez fort pour entendre en fait...)   



On a donc pensé à un ours et c’est vrai qu’un ours peut faire ce cri là ! Sophie était terrorisée et les cris se sont dissipés au loin, et on a finalement trouvé sommeil avec toute cette angoisse.

 

Vers 8h, la pluie a commencé à marteler la tente, et ça ne s’arrêtait pas. On a pris la décision de rentrer sur Zgorigrad, et attendre…On a rangé la tente vite fait car elle commençait à prendre l’eau, puis on s’est mis en route dans la forêt. On avait entouré des sacs plastiques autour de nos chaussettes, pour éviter au maximum de prendre l’eau. En fait, nous étions absolument pas équipé contre la pluie, c’était un peu le pari…

Donc, on est descendu dans la forêt en suivant les vagues indications et traces de peintures rouges et blanches sur les arbres, routes vers le village.

DSCF0349


DSCF0350


Au bout de 2 heures et demi de marches dans les orties, ronces, pierres glissantes et terres fraiches, le tout sous la pluie des arbres, nous arrivâââmes enfin à la civilisation, sur le bitume d’une route goudronnée qui descendait sur Zgorigrad. On a continué à marcher pendant une heure avant d’arriver au centre.

Le temps était pas dégagé, le ciel toujours aussi gris et on s’est dit qu’on avait bien profité de ces 4 jours et qu’on pouvait rentrer plus tôt à Sofia. On était trempé, un peu fatigué et aussi un peu dégueu !

DSCF0363


Du coup, on a pris un bus en direction de Vratsa et à la gare on a chopé un train direct qui nous a ramené à Sofia Magic Garbage City où la pluie martelait aussi bien les pavés fissurés…


Encore un très bon séjour en Bulgarie, avec le souvenir de ces endroits où la nature se révèle à nouveau étonnante, pleine d’authenticité, rurale, bref…vivante quoi !

 

Des photos de ce petit trip sont à voir dans un nouvel album photo !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

11:18 - 01-Here.Now - Commentaires [1] - Permalien [#]

Commentaires

    Salut !

    C'est cool d'avoir de vos nouvelles !!
    Je vous reconnais bien : Sofia, la garbage city , la peur des ours de Sophie, les nouilles chinoises... ahh !! Qu'est ce que ça me manque tout ça !
    A bientôt au pays du fromage qui pue !!

    Posté par Steph, 18 juillet 2009 à 22:39

Poster un commentaire